Ce site utilise des cookies qui permettent d'optimiser les contenus de Secunews asbl en fonction des statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à ces fins. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité. Politique de confidentialité

A A A

Criminalité économique, financière, informatique

Après avoir expliqué les éléments caractéristiques de l’escroquerie, nous abordons ici le fonctionnement de ces groupes criminels : comment ces escrocs abordent la division du travail au sein de leur réseau et les rôles spécifiques de chacun de leurs membres. La fraude à la facture est simple d’exécution mais nécessite une organisation bien structurée pour la rendre efficace et rentable.

Les fraudes à la facture existent depuis de très nombreuses années, mais sont encore et toujours en évolution. Les auteurs n’ont de limite que leur imagination pour se procurer les factures, les falsifier et récupérer le produit du délit. Dans une série d’articles, nous traiterons en profondeur ce délit à travers une analyse de ses auteurs, des modes opératoires in & out (escroquerie, retrait du butin, etc.) pour conclure sur le travail policier : ses écueils et armes contre cette criminalité bien souvent transnationale.

Après avoir décrit et expliqué les principes de cette escroquerie devenue de plus en plus fréquente auprès des entreprises, nous aborderons ici la suite du mode opératoire de ces escrocs qui sont souvent liés à des organisations criminelles. Quel est la nature des transactions financières et quels circuits poursuivent-elle ?

Nous avons abordé précédemment la fraude au président sous plusieurs aspects : les modes opératoires, ses auteurs et victimes, ainsi que la nature des nombreuses transactions financières qui suivent la commission du délit. Mais que fait la police ? Pour répondre à cette question, nous conclurons ici par les mesures adoptées par la police belge au niveau de la sensibilisation auprès des cibles potentielles, mais également de son travail dans une matière complexe et bien souvent transfrontalière.

Les modus operandi de certaines fraudes sont parfois si grossiers qu’on pourrait croire que les victimes sont particulièrement naïves ou responsables de leurs situations. Qu’en est-il vraiment ? Dans un précédent, nous avions relaté le parcours d’une victime et montré que des facteurs tels que le contexte, la pression et la mise en scène de l’escroquerie sont cruciaux et décisifs dans son processus de décision. Ici, nous reviendrons sur les origines de la fraude par social engineering et les organisations criminelles qui l’utilisent.